Translate

jeudi 14 mai 2009

Editorial de Monsieur n°76

LA MESURE ET CETERA

J’ai lu l’autre jour dans un hebdomadaire, que la mesure séduisait de plus en plus les jeunes, qu’elle se « désembourgeoisait », et que sous l’influence de créateurs comme Hedi Slimane ou Tom Ford, elle revenait au premier plan… Très bien !
Tout en ayant parfaitement raison sur le fond, l’auteur de ces lignes démontrait sa méconnaissance du monde du sur-mesure : les plus grandes excentricités, les vêtements les plus originaux, les créations les plus folles, ce ne sont pas sur les podiums pendant les défilés que je les ai vus, mais dans les ateliers des tailleurs, véritables repaires de dandys. La chaussure n’échappe pas à cette tendance. Jadis confidentielle et exclusive, la mesure se développe sous des formes nouvelles : voir le succès de la petite mesure chez Aubercy, de l’exposition Humeurs de Weston et le lancement de la personnalisation chez le grand chausseur français. Peu importe les noms qu’on donne à ces services. Ils permettent pour des prix raisonnables de se faire faire les souliers de ses rêves, de choisir ses patines. Ça, c’est magique ! Et ne jouons pas les ayatollah, la grande mesure traditionnelle John Lobb ou Berluti n’est pas accessible à tous… Sauf en vintage peut-être ! Ça aussi, c’est une grande tendance. Hermès et Vuitton sont les stars de ces ventes désormais très masculines où l’on ne recherche pas que de bonnes affaires, mais aussi un style. Rien ne remplace la patine du temps… N’est-ce pas ?

François Jean DAEHN
copyright © Monsieur

-


Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails